À fin mai 2020, le taux de croissance annuel du crédit aux entreprises s’établissait à 11,5% en mai, après +9,3% en avril et +7,6% en mars, selon la FBF. Le montant des encours de crédits s’élevait, lui, à 1,156 milliard d’euros (contre 1,127 milliard d’euros à fin avril). Sur ce marché en croissance, le réseau de franchise Access Credits Pro, courtier en crédit bancaire destiné aux entreprises, fait incontestablement figure de leader. Rencontre avec son PDG, Vincent Saada.

 


Comment se porte le marché du crédit aux entreprises ?

C’est un marché en forte croissance qui concerne tant les TPE, que les PME et les grandes entreprises. Il pèse, environ, 1100 milliards d’euros d’encours. Et les besoins en la matière n’ont fait qu’augmenter depuis la création de notre société il y a 12 ans. Le secteur bancaire est un monde très réglementé et qui reste très conservateur. Avec le temps, les établissements bancaires se montrent, d’ailleurs, de plus en plus tatillons, avec une demande toujours croissante d’informations. Du coup, le temps d’accès au crédit semble se rallonger de plus en plus d’autant que parallèlement à cette demande d’information accrue, le formalisme bancaire tend également à s’accroître.

 

Pourquoi ?

La raison en est simple : les banques ne prêtent plus seules. Elles passent très majoritairement par des contre-garanties, que ce soit BPI ou d’autres organismes. Aujourd’hui, le problème du chef d’entreprise est moins de savoir si le prêt sera accordé que quand il sera accordé. La Banque, s’est éloignée de l’ensemble des tâches chronophages qui lui rapportent peu. Elle ne va accepter la complexité d’un dossier (création, reprise…) que si elle est accompagnée, y compris dans le montage même du dossier.

 

Comment, alors, se positionner de manière efficace ?

Notre premier rôle, en tant qu’intermédiaire, est d’être l’architecte des dossiers de financement pour que le banquier ait la certitude d’avoir un sous-traitant ou un partenaire industriel qualifié car il ne dispose pas des effectifs qui lui permettrait de traiter ce type de demande chronophage. C’est pourquoi il trouve en Access Credits Pro le relais parfait. De plus en plus de banquiers et même de banques viennent nous solliciter. Nous avons noué avec ces dernières des partenariats forts autour de plusieurs centaines de solutions de financement. Dans le domaine, nous sommes d’ailleurs le seul serveur externe relié à l’ensemble des établissements financiers rattachés à la Banque Centrale Européenne. Nous sommes ainsi en capacité de transmettre avec un suivi (tracking) tous les dossiers auprès de n’importe quel banquier, quelle que soit la banque. C’est pourquoi nous pouvons nous engager sur les délais d’obtention du crédit car nous savons organiser le dossier en fonction des contraintes et demandes de chacun des établissements avec lesquels nous travaillons.

 

Quels sont vos axes de développement ?

Nous sommes leaders sur notre marché, tant par le nombre de solutions que nous offrons, que par le montant et le nombre de financements réalisés, ainsi que par notre maillage (voir l’étude Xerfi de mai 2020 : « la nécessaire diversification des courtiers en crédit face à la crise »). Notre souhait est de continuer à développer notre leadership sur l’ensemble des paramètres pour lesquels nous avons été consacrés. Cela passe par toujours plus de recrutement que nous faisons coïncider avec les demandes que nous recevons. Depuis le Covid-19, elles ont explosé. En conséquence, nous avons embauché un nouveau chasseur de talents. Sur notre site Internet, nous avons mis en avant ce besoin avec une rubrique destinée aux candidats qui souhaiteraient nous rejoindre dans un contexte économique où, de manière générale, on parle plus de licenciements que d’embauche. Aujourd’hui, notre objectif est de doubler la taille de notre réseau, en France, d’ici à trois ans. De plus en plus de banquiers expérimentés, qui aiment accompagner les entrepreneurs dans la recherche de financements, désirent quitter leur poste actuel car ils ne s’y sentent plus à l’aise. Ils sont en recherche de nouvelles voies pour continuer à travailler dans le secteur, en ayant la capacité de disposer d’une totale autonomie et de jouer un rôle de conseil puissant et avisé auprès des chefs d’entreprise.