Valéry Barbaglia (*), fondateur et responsable du Family Office de la Banque Neuflize OBC, explique ici l’intérêt de déléguer à une équipe d’experts indépendants la gestion de patrimoines privés importants situés en France ou à l’étranger.

 


A qui s’adressent les services Family Office au sein du groupe Neuflize OBC ? 

Notre activité vise de grands clients, en général de grandes familles ou des dirigeants d’entreprises, qui ont peu de temps à consacrer à leurs affaires. Ces grands patrimoines souhaitent donc déléguer à notre équipe la supervision de leurs opérations et le suivi de leurs investissements. Notre force est de combiner sécurité réglementaire et indépendance en mobilisant le meilleur des deux mondes : la caution d’un grand groupe bancaire – ABN AMRO – tout en restant un acteur indépendant, libre de tous conflits d’intérêts.

Nos prestations sont facturées en honoraires et non pas en commissions sur les placements opérés. Nous ne gérons pas d’actifs de façon directe. Nous apportons du conseil et un ensemble de services spécialisés. Pour le compte de nos clients, nous lançons des appels d’offres systématiques afin d’obtenir entre autres les meilleurs rendements. Nous mettons en concurrence une cinquantaine d’opérateurs financiers (dont la Banque Neuflize OBC, si le client le souhaite), en France et à l’étranger. Il peut s’agir d’un mandat de gestion, de financements d’opérations immobilières, etc.

Dans le contexte actuel du Covid-19, la diversification des investissements ainsi que notre pédagogie quotidienne permettent de protéger le capital investi et de rassurer nos clients.

 

Diriez-vous que votre rôle s’apparente-t-il à celui d’un « super courtier » ?

Oui, en quelque sorte, car nous recherchons toujours les meilleures expertises pour nos clients et entretenons des liens avec plus d’une cinquantaine de contreparties (banques, sociétés de gestion, compagnies d’assurance…) en France et à l’étranger. Néanmoins nous ne sommes pas formellement partenaires avec eux, afin de préserver notre indépendance.

Nous sommes une petite équipe (7 personnes) qui s’entoure d’experts. A l’écoute de détenteurs de patrimoines de 100 M€ et plus, nous accompagnons quelques dizaines de familles, totalisant environ 3 Mds d’euros d’actifs. A l’instar d’Hermès dans l’univers du luxe, nous avons comme ambition de délivrer un service premium à nos clients. La forte progression de notre activité est notamment due à la demande croissante de chefs d’entreprise ne disposant que d’un patrimoine professionnel, par essence non liquide, et les structures philanthropiques. 

 

Quels genres de missions remplissez-vous ? 

Nous intervenons sur des missions très variées, qui dépendent de la nature de nos clients. Par exemple, nous renforçons l’organisation des mono ‘family offices’ constitués d’une ou deux personnes.

Récemment, nous avons supervisé la création de plusieurs foncières privées européennes et nous nous sommes occupés des financements, des travaux de rénovation sur ces biens immobiliers de prestige. Pour éviter de mobiliser des garanties collatérales en France, nous avons recherché des financements locaux, avec prise de garantie hypothécaire directement sur le bien.

Pour un autre dirigeant, nous nous sommes occupés de l’acquisition et du financement d’un avion d’affaires pour sa société.

Ce type de dossiers complexes, avec des incidences souvent extraterritoriales, est devenu notre spécialité, notamment sur le plan juridique et fiscal. Tous nos services sont gérés, sur mesure, de façon transparente, et font l’objet d’un reporting régulier aux clients.

 

Comment procédez-vous ? 

Nous commençons par un audit de la situation de nos clients puis nous établissons un cahier des charges. Nous missionnons des notaires, avocats, et autres spécialistes du droit des affaires et du droit fiscal, des experts comptables ou des commissaires aux comptes. L’optimisation fiscale n’est en général pas la préoccupation principale de nos clients. La sécurité juridique l’est en revanche, nos clients recherchant avant tout la sérénité.

C’est une vraie tendance aujourd’hui, partagée largement par les avocats.   

Beaucoup de clients se préoccupent aussi de la dimension sociétale ou RSE, et notamment des incidences sur l’environnement. Ils souhaitent investir de manière responsable tout en ayant de l’impact. La recherche de sociétés les mieux notées en matière d’ESG (environnement, social et gouvernance) leur permettra de mieux sécuriser et valoriser leurs portefeuilles à long terme.

Nous sommes donc leur interlocuteur unique, à l’écoute, engagés par la confidentialité. Nous étudions leur besoin et leur proposons des solutions en coordonnant différents experts. Nous nous positionnons comme un chef d’orchestre, en France comme à l’étranger.  Par le biais d’appel d’offres, nous aidons nos clients à choisir les meilleurs partenaires financiers parmi un ensemble d’établissements de gestion présélectionnés. A l’instar de conseil d’administration de sociétés, nous animons régulièrement pour eux des comités stratégiques où siègent l’ensemble de leurs conseils.

 

Intervenez-vous également dans la gouvernance familiale ? 

Oui, nous sommes souvent sollicités, en cas de tension ou de litige, pour organiser les bases d’une bonne gouvernance familiale en faisant appel, lorsque c’est nécessaire, à des spécialistes du domaine, et en utilisant parfois des instruments juridiques telles que les chartes de famille. Notre approche consiste à privilégier le dialogue, tel un médiateur. L’avenir d’une entreprise ou d’une marque peuvent être en jeu. 

 

 

(*) Valéry Barbaglia, 42 ans, a créé fin 2013 le département Family Office au sein de la Banque Neuflize OBC. Diplômé de l’Insead, titulaire d’un master banque finance de Paris X, il compte 17 ans d’expérience dont 10 ans comme conseil juridique et fiscal auprès de grands clients privés et dirigeants d’entreprises.