La loi de programme pour l’outre-mer, dite loi Girardin, a été prorogée jusqu’en 2025. Thibaud Assier de Pompignan, fondateur et dirigeant d’Ecofip, entreprise spécialisée dans le montage en loi Girardin, rappelle les avantages de ce dispositif.

Thibaud Assier de Pompignan : « Le dispositif Girardin est stabilisé »

Le dispositif Girardin permet aux particuliers de réduire leurs impôts en contrepartie d’investissements dans des biens participant au développement économique des Départements et Collectivités d’Outre-mer (DOM-COM). Les secteurs concernés ? L’agriculture, l’industrie, le tourisme, le BTP et l’artisanat.

Côtés investisseurs, le dispositif permet une réduction d’impôts d’environ 44% du montant de la totalité de l’investissement effectué. Un taux de réduction qui peut évoluer selon la région et le type d’activité concernée. A la rentabilité de l’opération (de 10 à 16% environ) s’ajoute le fait que la réduction d’impôt se fait en « one shot » c’est-à-dire que l’investisseur obtient la totalité de la réduction d’impôts dès l’année qui suit l’investissement réalisé.

Côté entrepreneurs, l’accès au dispositif permet de bénéficier rapidement d’un apport en trésorerie d’origine privée. Cet apport peut couvrir de 25 à 30 % de leur projet et s’accompagne le plus souvent d’un dossier de financement leur permettant d’accéder plus facilement au concours bancaire.

Pour Thibaud Assier de Pompignan, le dispositif Girardin présente de nombreux atouts. « Il s’agit d’un système ancien et qui a fait ses preuves, stable d’un point de vue législatif, rentable et maîtrisé. La sécurisation du dispositif est l’un des facteurs clés du succès d’un tel investissement et l’un des points forts d’Ecofip”.

Ecofip, au service des territoires ultramarins depuis près de 20 ans

Aujourd’hui, Ecofip est l’acteur incontournable des investissements ultramarins en Girardin industriel. La société, dont le siège est basé en Martinique, couvre les départements de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Réunion et de la Guyane. Ecofip est également présente dans les collectivités avec des locaux à Tahiti (Polynésie française) ainsi que sur le territoire de la Nouvelle-Calédonie.

Grâce à ses activités d’investissement, Ecofip a permis la création et la préservation de milliers d’emplois en Outre-mer, mais également le développement, la modernisation et la diversité des tissus économiques locaux.

La force du réseau Ecofip repose sur deux axes majeurs : la connaissance du tissu économique local des DOM-TOM ou DROM-COM d’une part et l’expertise financière de ces collaborateurs.

Avec un accompagnement personnalisé allant au-delà du simple montage des dossiers de défiscalisation, un risque de redressement fiscal aujourd’hui fortement maîtrisé (près de 0% de taux de rectification fiscale effective) et des relations privilégiées avec les entreprises locales, Ecofip est un partenaire reconnu dans son secteur depuis près de 20 ans.

En Guyane, Hippolyte Ulysse, chef de chantier d’Hippobat SARL, témoigne : « nous avions besoin de matériel et d’outillage BTP pour un montant d’un million d’euros. Grâce à leur apport financier, nous avons obtenu le crédit bancaire dont nous avions besoin ».

En Martinique, cette fois, où Michel La Rougery est gérant de la ferme bio de Morne Capot, il fait part de la frilosité des banques : « Elles me refusaient le crédit faute d’apport personnel, alors que je souhaitais développer mon activité. En faisant appel à Ecofip, j’ai bénéficié de liquidités disponibles rapidement ».

En Guadeloupe, également, Gabriel Foy, Président de la Chambre des Métiers et artisan maître pâtissier, s’exprime : « J’ai naturellement contacté Ecofip pour bénéficier d’une aide concernant la défiscalisation du matériel. Aujourd’hui, nous avons un point de vente à Jarry, mais également à Pointe-à-Pitre et à La Marina du Gosier ».

A propos de Thibaud Assier de Pompignan

Thibaud Assier de Pompignan est le président fondateur de la société Ecofip.

D’origine martiniquaise, il est diplômé de l’université de Paris Dauphine. Après un passage au sein du cabinet d’audit PricewaterhouseCoopers, il intègre Alcatel Alsthom en tant que responsable du contrôle de gestion des filiales.

Il rejoint, en 1993, en tant que dirigeant associé, un cabinet financier dont la spécialité est la défiscalisation en faveur des investissements pour les régions d’Outre-mer. Resté dans l’entreprise près de 10 années, il affine son expertise dans le montage d’opérations de défiscalisation en loi Pons et en loi Paul.

En 2003, Thibaud Assier de Pompignan fonde Ecofip, l’année même de l’entrée en application de la loi Girardin. Près de 20 ans plus tard, le succès de l’entreprise repose sur une expertise éprouvée des montage financiers, une fine connaissance du tissu économique local, une offre maîtrisée répondant aux principaux risques du dispositif ainsi qu’un solide réseau de partenaires financiers (banques, gestionnaires de patrimoine).