Experte en acquisition web (SEO, SEA, Social Ads et Display), l’agence Primelis vient de lever 11 millions d’Euros pour amplifier sa croissance.

Leader en France, Primelis vise un essor à l’international

“Primelis a toujours été précurseur dans le développement de stratégies d’acquisition toujours plus efficaces et rentables pour les annonceurs. Il est important d’anticiper les évolutions des comportements et des technologies pour proposer des solutions innovantes” déclare Philippe El Khechen, co-fondateur de Primelis.

En France, les dépenses pub dans le numérique ont augmenté de 43% en 2019 vs 2018, notamment portées par les investissements dans le Search Marketing (référencement dans les moteurs de recherche – SEO et SEA) et sur les réseaux-sociaux.

Ce dynamisme souligne l’évolution des internautes et consommateurs : toujours plus de recherches en ligne dans le parcours d’achat, une utilisation quotidienne des réseaux-sociaux, la multiplicité des écrans,… Dans cette logique d’omnicanalité, les annonceurs diversifient les dépenses pour maximiser leur visibilité tout au long du parcours des internautes.

Au cours de ces dernières années, l’agence Primelis a ainsi fait évoluer ses expertises pour répondre aux enjeux web des marques et anticiper les évolutions dans le comportement des internautes, mais également des algorithmes de Google et autres plateformes.

Avec des équipes spécialisées dans le référencement naturel (SEO) et payant (SEA), dans la publicité sur les réseaux-sociaux (notamment Facebook) et dans le display, Primelis vise la place de numéro un en Europe.

11 millions d’Euros pour accélérer

Reconnue pour sa forte expertise technique, sa vision data-driven et une approche à la performance de ses différents métiers, Primelis porte de grandes ambitions.

Outre la volonté d’être leader sur son segment, l’agence – qui collabore aujourd’hui avec plus de 200 annonceurs – prévoit de nombreux recrutements pour soutenir son développement. Avec près de 50 collaborateurs en 2019, les fondateurs souhaitent doubler l’effectif d’ici deux ans.

Plusieurs opérations de croissance externe vont également porter cette croissance, en France et à l’étranger, dont certaines seront déjà finalisées cette année.