La bourse est-elle devenue un casino ? 

En 2020, les marchés actions se sont mués en un vaste tapis de casino. Seuls les investisseurs qui avaient tout misé sur la santé et les technologies, ont remporté la mise. Rarement, le marché a présenté un profil aussi segmenté. Ecrasées, les petites et moyennes capitalisations pèsent en revanche de moins en moins. La reprise observée à mi-année dans les indices, particulièrement en Asie et aux Etats-Unis, s’expliquait ainsi par la très nette surperformance des plus grosses capitalisations et de manière générale de la thématique « croissance ».

Ce contexte d’extrême polarisation, tout aussi valable sur les marchés européens qu’américains, a complètement démonétisé en 2020 le principe, pourtant de bon sens, de diversification des investissements. Cela surprend d’autant plus que dans un environnement aussi incertain, les investisseurs ont toujours joué la sécurité en privilégiant une approche diversifiée. En 2020, ils se sont pourtant comportés comme des joueurs de casino, misant toute leur fortune sur le rouge. Pourquoi ? Tout simplement, car un élément extérieur a bouleversé le paysage et les habitudes. Avec leurs armes monétaires et budgétaires, les banques centrales et les gouvernements ont ensemble écrasé les risques de chute massive des marchés. 

Qu’attendre alors en 2021 ? 

Pour Seeyond, les investisseurs ne sont pas condamnés à appréhender la Bourse comme un jeu de roulette. Les marchés devraient se réconcilier avec le principe de diversification pour deux raisons. Tout d’abord, les performances des grandes valeurs gagnantes de la cote en 2020 ont atteint de telles sommets qu’investir aujourd’hui sur ces titres devient par ricochet beaucoup plus dangereux. A contrario, miser tout sur les grands perdants de 2020, les valeurs de type « values », pour espérer profiter d’un rebond, peut aussi s’avérer très risqué. En effet les incertitudes restent prégnantes en 2021 et le rebond de ces titres aussi dépréciés soient-ils, soumis à de forts aléas.  

Dans ce contexte, les investisseurs ont intérêt à équilibrer leurs portefeuilles en s’exposant avec prudence aux différentes thématiques ! C’est bien le choix de Seeyond. En termes géographiques, la société a ainsi décidé de sous-pondérer les Etats-Unis. Côté stratégie sectorielle, elle surpondère les défensifs tels que la consommation alimentaire, les utilities (valeurs de services des collectivités), et les télécommunications et, en miroir, sous-pondère les valeurs technologiques, trop volatiles.

Retrouvez toutes les perspectives sur le site « Placements financiers : Quelles opportunités en 2021 ? ».

Propos recueillis entre le 25 et le 27 novembre 2020.

Les perspectives mentionnées sur ce site sont susceptibles d’évolution et ne constituent pas un engagement ou une garantie de la part de Natixis Investment Managers International.

Les analyses et les opinions mentionnées représentent le point de vue de l’auteur. Elles ont été émises entre le 25 et le 27 novembre 2020 et sont susceptibles d’évoluer. Elles ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle.