Avec Marit Ilison La Couverture Soviétique Prend Du Galon
Crédit Photo | Marit Ilison

Je sais que vous vous posez souvent la question : « Que deviennent les couvertures de laine soviétiques vintages ? »

Je suis heureuse de vous apporter la réponse et surtout de vous permettre de découvrir une jeune créatrice estonienne qui leur redonne une deuxième vie- pour notre bonheur d’ailleurs !

 

Marit Ilison a eu l’idée de créer une collection de vêtements et de manteaux qui utilise ces couvertures chatoyantes et extrêmement chaudes.

Les couvertures qu’utilise Marit sont des modèles datant des années 70 et 80 avec des motifs et des couleurs qui reprennent les codes esthétiques de ces décennies qui ont connues l’apogée des couleurs pop et flashy.

 


Vintages mais tellement actuelles…

 

Crédit Photo Marit Ilison

 

A l’origine, les couvertures sont présentes dans pratiquement toutes les maisons en Union Soviétique car elles sont offertes lors des grandes fêtes et rendez-vous familiaux : mariages, baptêmes… il n’est d’ailleurs pas rare que certaines familles en possèdent de nombreuses.

Les premières couvertures étaient tricotées en laine de chameau mais cette laine a depuis longtemps été remplacée par la laine d’agneau. Les carences en matières premières en Union Soviétique ont forcées de nombreuses familles à détricoter leurs couvertures pour réutiliser les fibres et ainsi créer leurs propres vêtements. Cela rend maintenant le travail de collecte plus difficile pour Marit qui ne sélectionne pas tous les modèles qu’elle trouve.

Pour transformer ces couvertures en tenues uniques, le travail est long et pratiquement exclusivement réalisé à la main.

La création d’un manteau peut prendre une semaine et chaque personne qui intervient sur la création d’un modèle est spécifiée sur un certificat associé à chacun des vêtements.

Les vêtements que propose la créatrice sont à la fois des coups de coeur, des oeuvres artistiques, des vêtements pratiques et des pièces d’histoire. 

Chaque pièce est un modèle unique.

 

Crédit Photo Marit Ilison

 

MARIT ILISON