Citation du Jour

 « Avoir fait plus pour le monde que le monde n’a fait pour vous : c’est ça, le succès »

  Henry Ford

Bourse Hebdo : Le CAC 40 Ne Profite Pas De « L’Effet Trump »
Journaliste / Chef de rubrique Politique-Economie-Finances


Après trois semaines consécutives de pertes, le CAC 40 est parvenu à mettre un terme à sa spirale négative sans pour autant profiter de la dynamique outre-Atlantique, où les trois indices principaux de la place de New York ont été littéralement dynamités par les propos de Donald Trump, promettant de « spectaculaires » baisses d’impôts dans les semaines à venir.

« Quelque chose de phénoménal ». Fidèle à son style tout en « sobriété », Donald Trump, lors d’une réunion avec les patrons des compagnies aériennes a utilisé, en as de la com’ et du teasing, cette terminologie pour évoquer ses prochaines mesures en matière de fiscalité. Son porte-parole à la Maison Blanche, Sean Spicer, a d’ailleurs surenchéri, évoquant ni plus ni moins la plus importante réforme fiscale depuis les années Reagan. Conséquence : le Dow Jones, le Nasdaq et le S&P 500 ont battu des records à l’ouverture et ont continué de progresser, certes de manière moins spectaculaire, tout au long de la journée.

Mais le CAC 40 n’a malheureusement pas profité de la bonne tenue des indices américains et n’a grappillé que 0,06% à 4 828, 32 points sur les cinq dernières séances. Un rythme qui ne lui permet pas d’entrevoir, doux euphémisme, la barre des 5 000 points dont l’objectif semble s’éloigner semaines après semaines.

Le pétrole en bonne forme, le marché obligataire sous pression

Ailleurs en Europe, la tendance était également au « gagne-petit », puisque le Dax n’a gagné que 0,13%. Seul le Footsie 100 a enregistré un gain hebdomadaire honorable à 0,93%. En outre, l’Eurostoxx 50 peut également se targuer d’une progression non négligeable à hauteur de 1% sur l’ensemble des cinq dernières séances.

En outre, les déclarations de Donald Trump ont aussi fait grimper les rendements des dettes souveraines des pays de la zone euro. La plupart d’entre eux ont pris vendredi entre 3 et 6 points de base. Tandis que le marché pétrolier maintient la cadence, le baril de brent se négociant autour des 56,80 dollars.

Sanofi au sommet, BNP Paribas K.O debout

Sur le front des valeurs, Sanofi remporte haut la main le palmarès de la semaine, affichant un gain de 5,99% en cinq jours. Le laboratoire pharmaceutique ayant enregistré des résultats supérieurs aux attentes du marché grâce notamment à ses activités dans les vaccins et les traitements contre le diabète.

Autre bonne nouvelle pour l’ancienne plus grosse composante du CAC 40, une Cour d’appel américaine a prononcé la suspension d’un jugement qui aurait empêché le groupe et son partenaire américain Regeneron de vendre leur produit phare contre le cholestérol, le Praluent, pendant la durée de la procédure d’appel.

A l’inverse, BNP Paribas est relégué dans les méandres de l’indice, pénalisé par ses résultats décevants qui ont également fait plonger, du moins mardi, dernier jour de la publication, Crédit agricole et Société générale. Si la banque dirigée par Jean-Laurent Bonnafé a plus que doublé son bénéfice net au quatrième trimestre, celui-ci s’élevant à 1,44 milliard de d’euros, il demeure inférieur au consensus qui s’établissait à 1,5 milliard. Fort de ces éléments, le marché a immédiatement sanctionné le titre qui a perdu, sur l’ensemble de la semaine, près de 9%.