Global Invest Her, La Plateforme Qui Aide Les Entrepreneuses A Lever Des Fonds
Journaliste, j'écris sur les droits des femmes et les questions de genre.

Anne Ravanona photo | photo by Marushka Mikulas

Lancée cette semaine par sa fondatrice Anne Ravanona, Global Invest Her n’a qu’une ambition : donner les clés aux femmes entrepreneures pour lever de l’argent. Alors que l’accès au financement reste très inégalitaire, le défi est de taille.

« Notre mission est de casser le plafond de verre en ce qui concerne la levée de fond. » Face à un public d’entrepreneures, réunies dans les locaux de Paris Pionnière, l’incubateur parisien dédié aux startupeuses, Anne Ravanona présente son nouveau projet : Global Invest Her. Après trois ans de mise au point, la plateforme, qui propose une multitude d’outils pour guider les créatrices d’entreprises, vient d’être inaugurée. Habituée à multiplier les conférences sur le thème de la levée de fond, la femme d’affaire irlando-espagnole a décidé d’aller plus loin. « Quand j’ai appris que la différence de levée de fonds entre les femmes et les hommes est de 300 milliards de dollars, j’ai été envahie par la rage. Je ne suis pas d’accord, nous, les femmes, nous constituons la meilleure ressource mondiale pour booster l’économie ! », assure-t-elle avec conviction. Pour prouver le bien-fondé de sa démarche, elle cite d’autres chiffres édifiants : « Seulement 7 % des fonds de capital risque sont investis vers les femmes et 1 % vers les femmes de couleurs. Les créatrices d’entreprise demandent en général 500 000 dollars, quand les hommes n’hésitent pas à demander un million. Elles veulent de l’argent pour tenir douze mois, alors qu’elles devraient viser 18 à 24 mois ! »

Suivez les conseils de la fondatrice d’Eventbride

Celle qui se décrit comme « une avocate des femmes » a donc décidé de remédier à ces inégalités en démystifiant la levée de fonds, étape souvent intimidante pour tout entrepreneur. Avant d’inaugurer sa plateforme Global Invest Her, elle a interviewé une cinquantaine d’entrepreneures du monde entier pour leur demander comment elles avaient réussi leur levée de fonds. Une démarche qu’elle a également eu avec les investisseurs, qu’elle a longuement interrogé pour comprendre leurs attentes et les écueils à éviter. « J’ai interviewé des femmes qui ont levé entre 250 000 et 200 millions de dollars », explique Anne Ravanona. Le résultat est réuni sur le site internet, où les membres du réseau ont accès à des interviews détaillées des différents interlocuteurs. Julia Hartz, la fondatrice d’Eventbrite, ou encore Céline Lazorthes, fondatrice de Leetchi, détaillent les différentes étapes de leur levée de fonds, et listent les do et don’t de l’exercice. En plus de ces fiches conseils aux allures de tuto (accessibles pour 49$ mensuels), le réseau propose des séminaires en ligne (pour 150$) et un service de mentoring facturé 599 dollars pour six mois.

« C’est important de lever beaucoup du premier coup »

Invitée lors du lancement du réseau, la chef d’entreprise Marie Schneegans salue la démarche. Citée comme un exemple de réussite grâce au succès de son application, Never Eat Alone, qui permet aux salariés des grosses entreprises de ne pas déjeuner seul, la jeune femme a réussi une levée de fonds de 1,3 millions d’euros. « C’est important de lever beaucoup du premier coup, comme ça ensuite vous pouvez avancer à fond ! », affirme-t-elle, tout sourire. Et pour les startupeuses qui n’en sont encore qu’à leurs débuts, Anne Ravanona délivre ses trois conseils phares : « Croyez en vous, pensez grand et surtout…. demandez plus d’argent ! »


A lire également :